Un regard neuf

Pékin

par Lola Akinmade Åkerström

Pékin s’est fixé comme objectif d’être une ville novatrice à l’échelle mondiale. Cette volonté se reflète dans la complexité de son l’architecture avant-gardiste et son design intelligent.

Temps de lecture : 04 min

LIRE CET ARTICLE


Ils apparaissent lentement au fur et à mesure que la brume grise se dissipe. Les gratte-ciels s’étendent à perte de vue. Des monolithes de verre et d’acier qui se reflètent les uns contre les autres, brouillant les lignes entre la fin d’un bâtiment et le début de l’autre. Ils surgissent tels des forteresses métalliques autour de la métropole de Pékin, avec ses 3 000 ans d’architecture et ses monuments centenaires.

Ces édifices créent une illusion visuelle d’espace dans une ville dense qui compte 22 millions d’habitants. Les concepteurs de ces bâtiments donnent l’impression d’être davantage des magiciens que des architectes.

Habitant Pékin depuis 5 ans, Nancy Niu cite une phrase qui semble résumer toute la magie à l’œuvre ici : « Les architectes sont comme des artistes peignant sur la surface de la Terre. » Originaire de paisible province dans la campagne du Hebei, Nancy s’est installée à Pékin en 2013 et travaille depuis lors comme fixeuse avec China Tours, une agence de voyage locale.

Pour les non-initiés, ce qui les accueille à Pékin, c’est l’art structurel. La juxtaposition de l’ancien et du moderne met en évidence quelque chose d’unique dans la ville : le fil conducteur d’une conception intelligente qui perdure depuis des millénaires. Il n’est donc pas étonnant que Pékin ait été choisie par l’UNESCO, en 2012, pour appartenir à son prestigieux et très convoité  réseau de villes créatives dans la catégorie Design.

Pékin s’est fixé comme objectif d’être une ville innovatrice à l’échelle mondiale. Cette volonté se reflète dans la complexité de son l’architecture avant-gardiste et son design intelligent. Cependant, il faut remonter le temps pour comprendre la conception chinoise de la modernité et voir comment les anciennes dynasties se sont fortifiées de manière révolutionnaire.

Hier

Longue d’environ 8 850 km, la Grande Muraille de Chine, l’une des nouvelles sept merveilles du monde, protégée par l’UNESCO, est considérée comme une merveille moderne de l’ingénierie humaine. Située à seulement 70 km au nord-est de Pékin, la section Mutianyu du mur serpente avec élégance le long des crêtes des montagnes environnantes.

Plus facile d’accès, l’ancien observatoire de Pékin a été construit pour la première fois en 1442 et reste le plus ancien de ce genre dans le monde. Pendant des siècles, les dynasties Ming et Qing ont regardé les étoiles et le cosmos à l’aide de ses instruments astronomiques nés d’un croisement entre les technologies occidentale et chinoise.

Pour s’émerveiller réellement devant la magnifique architecture impériale, il est indispensable d’explorer la Cité interdite de Pékin, avec ses quelque 8 700 chambres. « Ce que je préfère reste la Cité Interdite », explique Nancy Niu. « Parce que c’est le témoignage vivant de la grande ingéniosité développée sous les dynasties Ming et Qing », ajoute-t-elle, se référant à la façon dont les premiers Chinois ont construit des bâtiments révolutionnaires à la main avec des matériaux difficiles à trouver.

Construit entre 1407 et 1420, ce site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO a accueilli 24 empereurs depuis le XIVe siècle. Sa vibrante façade orange ocre et ses détails en or bleuté vous donnent un aperçu de l’ADN de l’architecture chinoise : robustesse, complexité et séduction.

Arnold Toynbee, historien britannique du XIXe siècle, a expliqué un jour que, parmi toutes les civilisations humaines, seule la culture chinoise a survécu des milliers d’années sans pratiquement rien changer. Il attribue cela à la façon dont tant de personnes dans le pays ont continué à valoriser l’éducation et la quête inlassable de la connaissance à travers les dynasties.

Aujourd’hui

La Chine d’aujourd’hui doit une grande partie de sa transformation physique aux réformes économiques et au commerce international des années 80 et 90, qui ont ouvert le pays aux investissements étrangers et à l’innovation. Depuis lors, comme c’est souvent le cas pour les résidents de longue date, il est facile de tenir sa propre ville pour acquise. « Je n’avais jamais réalisé à quel point ma ville est moderne et avant-gardiste », admet Nancy Niu alors qu’elle explore le quartier central des affaires où réside l’architecture la plus frappante de Pékin.

Du bâtiment emblématique de la télévision centrale chinoise (CCTV), qui imite le bec ouvert d’un oiseau, au quartier commerçant Galaxy SOHO, qui ressemble à un vaisseau spatial intergalactique, les architectes de Pékin continuent de repousser les limites de la créativité et de la technologie dans leurs projets.

(Pour voir comment Pékin se transforme avec le temps, une visite au City Planning Exhibition Center expose des maquettes de la ville en expansion : ses bâtiments, anciens et nouveaux, ainsi que ceux prévus à l’avenir).

L’artiste Wang Xinzhou a également été témoin de la transformation de Pékin. Portraitiste à 798 Art Zone, une usine militaire désaffectée transformée en espace de prestige avec des dizaines de galeries d’art et d’expositions, il remarque : « J’ai vu comment Pékin a changé et est devenue plus commerciale au fil des ans, mais ma passion pour l’art est ce qui me permet de continuer. »

En un sens, c’est cette passion historique pour l’art qui sous-tend bon nombre des créations les plus récentes de Pékin. Lorsque Pékin a accueilli les Jeux Olympiques en 2008, par exemple, son innovation et sa créativité ont été présentées au grand public sur une scène mondiale. Dans le parc olympique, le stade du Nid d’oiseau et le Water Cube associent des reliques historiques à un design avant-gardiste.

Demain

Le plus haut bâtiment de Pékin, China Zun, est actuellement en construction. Une fois terminé, il comptera 108 étages.

Tel un géant qui se repose, il flottera dans la brume avec les autres structures, se mêlant aux autres prouesses architecturales de cette ville densément peuplée. Les architectes locaux, des artistes, continuent de faire preuve de créativité.

« Même ceux et celles qui maîtrisent leur art doivent apprendre quelque chose de nouveau chaque jour », ajoute Nancy Niu.


Beijing Marriott Hotel Northeast

0:00AM


HEURE ACTUELLE


GMT

00

MÉTÉO ACTUELLE

MÉTÉO