Inspiration TED

Les histoires surprenantes qui se cachent derrière les inventions ingénieuses

par Tom Roston

Les outils les plus pratiques que nous utilisons au quotidien ne sont pas tous sortis de l’imagination de brillants inventeurs mais ont été inspirés par des personnes astucieuses qui essayaient de résoudre des problèmes de la vie courante. Notre premier article Inspiration TED permet de mieux comprendre les inventions inspirées par la réinvention.

Temps de lecture : 10 min.

LIRE CET ARTICLE


Lorsque Pagan Kennedy écrivait sa chronique sur l’innovation pour Le New York Times Magazine, elle avait pour habitude de faire des découvertes ou de trouver des objets intrigants, puis elle enquêtait sur ces inventions afin de comprendre comment et par qui elles avaient été créés. « J’ai commencé à remarquer que beaucoup d’idées n’émanaient pas d’inventeurs professionnels ou d’ingénieurs », raconte Kennedy. « Elles provenaient de personnes qui se trouvaient face à  des situations ou à un problème qu’elles devaient résoudre d’elles-mêmes, à leur manière.» Kennedy a publié quelques-unes de ces histoires remarquables dans son livre Inventology : Comment nous inventons des choses qui changent le monde. Nous lui avons demandé quelles étaient, selon elle, les caractéristiques d’une créativité exceptionnelle, et dans quelles circonstances celle-ci pouvait se manifester.

Veuillez noter que la vidéo ci-dessous est uniquement en anglais

Votre mal de dos ou ce pincement que vous ressentez dans le cou pourrait bien vous pousser à vous dépasser.

Jake Stap avait beaucoup de mal à faire ramasser les balles de tennis par les enfants quand il était responsable de camps d’entraînements, dans le Wisconsin, dans les années 60. Cette tâche lui revenait toujours et cela avait fini par lui provoquer des maux de dos sévères. Il était désespéré. Il lui fallait résoudre ce problème. « Le secret de l’invention de Stap est que sa frustration a duré longtemps », explique Kennedy. « Si la frustration est de courte durée, il est possible de se contenter d’une demi-solution. Mais, effrayé à la seule pensée de l’été suivant, Stap a été obligé de trouver mieux que des demi-solutions. » Il a ainsi placé une balle de tennis sur le siège passager de sa voiture et passé l’hiver entier à regarder la balle, à jouer avec elle, et à envisager des solutions à son problème, notamment un bras rétractable, jusqu’à ce qu’il finisse par inventer le panier en métal pliable que tout le monde utilise maintenant pour les balles de tennis. Dans le même ordre d’idée, au début des années 70, Bernard Sadow,  dirigeant d’une entreprise de fabrication de bagages, peinait à porter ses deux valises dans un aéroport. Il remarqua alors des employés de l’aéroport qui poussaient une machine placée sur un chariot et cela lui donna l’idée de soulager le poids qu’il portait en mettant des roues sur ses valises. Mais sa solution – une sorte de laisse qui tirait la valise – n’était pas suffisamment pratique, surtout si vous deviez tourner à angle droit. Une dizaine d’années plus tard, le pilote Robert Plath, qui était lui-aussi souvent essoufflé dans les aéroports, trouva une meilleure solution: placer des roues sur le bord inférieur de la valise, en ajoutant une poignée rigide télescopique sur le dessus.

Si vous gardez l’esprit ouvert, vous pourriez bien avoir une idée intéressante.

Dans son livre, Kennedy cite une étude qui révèle que plus de 50% de ceux qui déposent des brevets expliquent que leur invention est le fruit du hasard. Autrement dit, la plupart des inventeurs ne pensaient pas créer ce qu’ils ont fini par créer. Mais parce qu’ils étaient ouverts, attentifs à ce qui se passait autour d’eux, ils ont pu faire de grandes découvertes. Au début des années 80, un ingénieur de la NASA, Lonnie Johnson, bricolait une pompe à chaleur pour voir si elle pouvait fonctionner avec de l’eau au lieu du fréon. En testant un embout, il remarqua que la pompe projetait de l’eau comme dans les dessins animés, ce qui lui rappela les pistolets à eau pour enfants. Et c’est ainsi que le Super Soaker est né.

Grâce à l’amour, tout est possible.

Kennedy a également remarqué que la passion avait joué un rôle clé dans les découvertes de Stap, Johnson et bien d’autres inventeurs encore. « Ils tombent amoureux de ce qu’ils cherchent. Et c’est l’amour, qui les pousse à continuer », précise-t-elle. La découverte que l’inventeur montre ensuite fièrement à ses amis devient souvent «l’attraction de la soirée». Ils y pensent jour et nuit. “« Ils ne voient pas ça comme du travail. Ils voient les possibilités offertes par leurs idées et ils sont motivés ». Cela leur donne la force nécessaire pour franchir toutes les étapes difficiles, de la conception à la réalisation voire, éventuellement, le dépôt d’un brevet.

Aucun inventeur ne vit à l’écart du monde.

Kennedy a constaté qu’un élément essentiel permettant à de nombreuses inventions de prendre forme est le fait d’être en contact avec une communauté. Dick Belanger, un « inventeur en série », tient un journal qu’il a appelé, « le journal des idées stupides de Dick ». Vous pourriez y trouver un miroir de salle de bains antibuée, un gonfleur de balle de tennis ou encore un hamburger en forme de hot-dog. Il a partagé ses idées avec ses amis et sa famille. Ceux-ci l’ont aidé et l’ont finalement incité à réaliser son idée d’un gobelet anti-fuite qui utilise un procédé d’aspiration de l’air pour retenir l’eau à l’intérieur. Sa famille lui a permis de peaufiner son gobelet, pourtant intelligemment conçu. « Pour Belanger, ce retour d’informations lui a permis d’éviter les idées qui étaient susceptibles d’échouer ou n’aboutir à rien », conclut Kennedy.

Veuillez noter que la vidéo ci-dessous est uniquement en anglais

De nos jours, il est plus facile que jamais de fabriquer un nouveau produit.

Nous vivons à une époque où les obstacles à l’innovation disparaissent peu à peu. « Vous avez des outils plus inventifs sur votre téléphone que n’en avaient les meilleurs ingénieurs des laboratoires Bell dans les années 60 », explique Kennedy. La ville chinoise de Shenzhen, spécialisée dans la manufacture, est devenue une plaque tournante accessible où les inventeurs peuvent trouver des usines prêtes à produire de nouveaux objets et produits électroniques, à l’instar des innombrables modèles de perche selfie. Les imprimantes 3D réalisent des prototypes financièrement abordables et accessibles. Et, comme jamais auparavant, les fabricants et les usines du monde entier sont motivés et prêts à travailler avec des individus ou des petites entreprises qui sont en mesure d’obtenir un financement participatif ou un financement par capital-risque. « Auparavant mon travail était vraiment difficile », confia l’inventeur indépendant Chris Hawker à Kennedy. Dans les années 90, alors qu’il travaillait sur un projet de grattoir d’algues pour aquarium, Hawker passait des journées entières à faire des recherches, à noter des numéros de téléphone puis à appeler des usines. « Maintenant, je vais sur Alibaba, je consulte des articles sur Wikipédia et je parle à des gens pour chercher et acheter des composants en quelques minutes.» « L’invention est réinventée », conclut Kennedy.

Dans les hôtels Marriott, tout ce que nous faisons repose sur le principe que les voyages élargissent les horizons et éveillent la créativité. Nous avons donc établi un partenariat avec TED, la meilleure équipe qui soit pour la diffusion d’idées susceptibles de changer le monde. Nous partageons, dans ces pages, les meilleures idées à travers des articles et des vidéos qui suscitent la réflexion en vue d’éveiller la créativité des voyageurs et de leur inspirer de nouvelles perspectives.

« Le Vuja De (« déjà vu » en verlan), c’est quand vous regardez quelque chose que vous avez vu de nombreuses fois auparavant et que, tout d’un coup, vous la voyez avec un regard neuf.»

Adam Grant